Une voiture, une miniature : Renault Étoile Filante

C.I.J. réf. 3/2 - Renault Étoile FilanteUne voiture historique, célèbre ou simplement originale. Une reproduction en miniature de cette automobile. Un rendez-vous mensuel…
Ce mois-ci, la Renault Étoile Filante et sa reproduction au 1/43ème réalisée par C.I.J.
L’Étoile Filante va rentrer dans l’histoire le 5 septembre 1956 et connaitre une célébrité non démentie aujourd’hui.

Les records de vitesse ne sont pas une spécialité française, sauf peut être à l’origine de l’automobile. Depuis le début des années 1920, c’est la chasse gardée de l’Angleterre et des Etats Unis. Pourtant Renault, en 1954, s’est mis en quête d’un record, certes pas dans la catégorie reine de la vitesse, mais le record alors obtenu n’a depuis jamais été battu.

Une Etoile Filante pour un record de vitesse

Renault Étoile Filante sur le circuit de Montlhery - Jean Hébert au volant - photo Renault 1956Après la seconde guerre mondiale, alors que l’aviation s’impose et se développe, l’automobile est à la recherche de nouvelles technologies. L’aéronautique sera quelques temps une source d’inspiration aussi bien dans les formes des voitures que dans la technique. L’Etoile Filante en est le parfait témoin.
Turbomeca est un fabricant français de moteurs à turbines créé en 1938. Après la guerre, le patron ce cette société, M. de Szidlowski, se lance dans la fabrication de petites unités de ces puissants réacteurs dont il équipera notamment les célèbres hélicoptères Alouette.
Renault Étoile Filante sur le lac salé de Bonneville - photo Renault 1956Souhaitant montrer les avantages du moteur à turbine, il se rapproche de Renault. Séduit par cette technique, Pierre Lefaucheux, le patron de Billancourt, qui se verrait bien battre le record du monde de vitesse, décide la réalisation d’une voiture expérimentale. Le projet est confié en 1954 à Fernand Picard, directeur des études, Albert Lory, motoriste et Jean Hébert, ingénieur qui sera le pilote.
Renault Étoile Filante sur le lac salé de Bonneville - photo Renault 1956Ils vont créer une voiture équipée d’une turbine de 270 CV à 28 000 tr/mn et d’une transmission Transfluide, que l’on retrouvera sur les Frégate. Pesant 950 kg pour une longueur de 4,84m, elle est construite sur une structure tubulaire habillée d’une carrosserie en polyester adoptant des formes très aérodynamiques, avec un CX exceptionnel de 0,18, et deux dérives verticales rappelant celles d’un avion. De l’aviation, elle emprunte aussi comme carburant le kérosène.
Renault Étoile Filante sur le lac salé de Bonneville - photo Renault 1956La nouvelle voiture est nommée Étoile Filante et elle est présentée à la presse, sur l’autodrome de Montlhéry, le 22 juin 1956. Des essais sont menés à Montlhéry puis à Monza où les 250 km/h sont atteints. Une deuxième voiture est alors construite, c’est avec elle que sera tenté le record sur le lac salé de Bonneville dans l’Utah aux États-Unis.
La Renault Étoile Filante fait la couverture de l'Action Automobile de août 1956
Nous sommes le 5 septembre 1956 et Jean Hébert, le metteur au point de la voiture, s’élance. Il faudra peu de tentatives pour que l’Etoile Filante atteigne 308,85 km/h. Mais les essais seront rapidement interrompus suite à un problème de turbine, qu’importe, au total quatre records du monde de vitesse auront été battus, dans la catégorie « voitures à turbine de moins de 1000 kg ». Aujourd’hui, ces records tiennent toujours !

Malgré une absence totale de vibrations, la turbine se révèlera peu adaptée aux besoins automobiles et les développement ne seront pas poursuivis. Qu’importe, l’impact créé par l’événement fût très important et relayé par la presse du monde entier, notamment par les journaux américains. L’Étoile Filante fut après ses records exposée au Salon de l’Automobile de Paris en 1956 et reste aujourd’hui encore une fierté de Renault.
Renault Étoile Filante - photo RenaultL’Etoile Filante par C.I.J.

C.I.J. réf. 3/2 - Renault Étoile FilanteL’exploit de l’Etoile Filante Renault ne laissait pas insensible le public et encore moins les enfants toujours avides de superlatif. La marque C.I.J., qui possède pour quelques mois encore l’exclusivité de reproduction des modèles de la Régie, propose la reproduction de la voiture de record réduite au 1/43ème. Proposée dès 1956, la miniature traduit parfaitement les lignes aérodynamique de l’Etoile Filante.
C.I.J. réf. 3/2 - Renault Étoile FilanteElle arbore un magnifique bleu France et les bandes rouges, étoiles blanches et inscriptions sont parfaitement reproduites en décalcomanie. Le pilote est présent, protégé derrière un petit pare-brise. Les roues sont en plastique rouge et les pneus sont blancs.
C.I.J. réf. 3/2 - Renault Étoile Filante

Tout d’abord livrée en boite jaune illustrée C.I.J. référencée 3/2, la Renault de record sera ensuite glissée dans une boite rouge et blanc mais cette fois sous la marque Europarc C.I.J.
Ayant fin 1956 perdu son exclusivité, C.I.J. va être rapidement concurrencé par d’autres fabricants de voitures miniatures. Ainsi Quiralu et Les Rouliers vont produire leur propre Etoile Filante, cette dernière étant plus dépouillée.
Ce modèle n’est pas rare et il se négocie entre 100 et 120€ avec la boite. On préfèrera toujours les modèles anciens contemporains de la vraie voiture, mais pour un coût plus faible, on peut se tourner vers les rééditions ou mieux, vers les modèles récents.

C.I.J. réf. 3/2 - Renault Étoile Filante C.I.J. réf. 3/2 - Renault Étoile Filante C.I.J. réf. 3/2 - Renault Étoile FilanteC.I.J. réf. 3/2 - Renault Étoile Filante C.I.J. réf. 3/2 - Renault Étoile Filante C.I.J. réf. 3/2 - Renault Étoile Filante avec Renault Frégate C.I.J. 3/52C.I.J. réf. 3/2 - Renault Étoile Filante C.I.J. réf. 3/2 - Renault Étoile Filante - des dérives réalistes C.I.J. réf. 3/2 - Renault Étoile Filante - avec pilote

Ce contenu a été publié dans Une voiture, une miniature, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire