Une voiture, une miniature: Mercedes-Benz 300 SL / Quiralu

Mercedes-Benz 300 SL - Quiralu réf. 9Une voiture historique, célèbre ou simplement originale. Une reproduction en miniature de cette automobile. Un rendez-vous mensuel…
Ce mois-ci, la Mercedes-Benz 300SL et sa reproduction au 1/43ème par Quiralu. Si La 300SL doit sa notoriété à ses portes papillon, c’est oublier que c’est une des voitures les plus emblématique de l’histoire, Quiralu l’avait d’ailleurs bien compris.

De la piste à la route

Au lendemain de la seconde guerre mondiale, l’Europe panse ses plaies et l’Allemagne se reconstruit. Son industrie automobile, si florissante auparavant, redémarre, à l’image de Mercedes-Benz dont la production atteint 34000 voitures en 1950.
Mercedes-Benz 300 SL - prototype avec portes classiquesLa firme de Stuttgart, dont les flèches d’argent ont dominé les années 1930, souhaite revenir à la compétition. Ce retour sera effectif dès 1951 mais pas en Formule 1, les modèles d’avant-guerre sont en effet obsolètes. Mercedes-Benz décide alors de se lancer dans les courses de voitures de sport, moins contraignantes que la F1 mais tout aussi populaires.

Mercedes-Benz 300 SL - Le Mans 1952Mercedes va donc construire une voiture de course appelée « 300 Sport Leicht ». Le moteur 6 cylindres en ligne de 3 litres est installé sur un châssis tubulaire dont la particularité est qu’il remonte très haut sur les côtés. La voiture reçoit une carrosserie très aérodynamique, mais la hauteur de ceinture de caisse, imposée par le châssis, empêche l’implantation de portes à ouverture normale. C’est ainsi qu’il est décidé d’adopter la spectaculaire solution des portes à ouverture verticale. Ces portes seront nommées « gull wing » ou « ailes de mouettes » dans les pays anglophones, et « papillon » en France. La Mercedes-Benz 300 SL Gullwing (W194) est née.
Mercedes-Benz 300 SL - Carrera Panamericana 1952Seulement 11 exemplaires de cette W194 de compétition seront construits, ils seront engagés en course en 1952 et remporteront de nombreux succès. Les plus célèbres sont sans nul doute les 24 Heures du Mans 1952 et la Carrera Panamericana de la même année.
En 1953 Mercedes construit une version évoluée de la W194, mais ne l’engage pas en compétition, préférant préparer son retour en F1 pour 1954.

Face aux succès en compétition, l’importateur Mercedes aux Etats-Unis, Maximilien Hoffman, se rend en Allemagne courant 1953 pour demander aux dirigeants de Mercedes-Benz de commercialiser une version routière de la W194. Convaincu du succès d’un tel modèle, il fait une commande ferme portant sur 1.000 voitures et verse un acompte important pour prouver le sérieux de sa démarche.

Mercedes-Benz 300 SL de 1955   Mercedes-Benz 300 SL de 1955

C’est ainsi qu’est lancé le projet W198, il aboutit à la présentation d’un coupé équipé de portes « papillon » comme la version course. Dénommée 300 SL, la Mercedes est présentée au Salon de New York et commercialisée en 1954.
Mercedes-Benz 300 SL de 1955La presse automobile unanime salue cette voiture qui cumule tous les superlatifs. Il faut dire que, jusqu’à son prix, tout concourt pour en faire une voiture de rêve : Sa ligne intégrant les portes papillon, son moteur 6 cylindres  avec un système d’injection innovant, une puissance de 240CV, une vitesse de 235km/h, qui la classe comme l’automobile de route la plus rapide du monde à l’époque.
Mercedes-Benz 300 SL de 1955Même l’accès à bord démarque la 300 SL, rendu difficile par le coffrage latéral du châssis tubulaire, il nécessita de prévoir un volant basculant vers le bas pour permettre au conducteur de prendre place ou sortir de la voiture.
Au total, 1400 Mercedes 300SL seront construites entre Août 1954 et Mai 1957, dont 29 avec un corps en alliage léger et une expérimentale avec une carrosserie en plastique, 80% de la production sera vendue aux Etats Unis.
Mercedes-Benz 300 SL roadster 1958Au Salon Automobile de Genève en Mars 1957, Mercedes Benz dévoile la version roadster, il intègre des modifications du châssis pour rendre possible l’aménagement de portes normales. En ce qui concerne les cabriolets, 1858 unités seront construites jusqu’en 1963.
Enfin, il faut préciser que Mercedes-Benz produira une 300 SL  « économique », la 190 SL, produite de 1955 à 1963 et qui rencontra rapidement un  grand succès.

Mercedes-Benz 300 SL compétition (ici Le Mans Classic) Mercedes-Benz 300 SL compétition (ici Le Mans Classic) Mercedes-Benz 300 SL compétition (ici Le Mans Classic)

Grâce à sa formidable tenue de route et sa puissance, la 300SL, que ce soit avec une carrosserie en acier ou en alliage léger, sera alignée en compétition. Ses principaux succès seront la victoire dans la catégorie GT à la course de la Mille Miglia en Mai 1955 et deux victoires dans la course Liege-Rome-Liege.

La première reproduction miniature de la Mercedes 300 SL

Mercedes-Benz 300 SL - Quiralu réf. 9Une telle voiture ne pouvait laisser indifférents les fabricants de miniatures, pourtant, le leader de l’époque, Dinky Toys, passera à côté de cette Mercedes 300 SL, lui préférant la plus abordable 190 SL.
Mercedes-Benz 300 SL - Marklin réf. 8109, avec boiteHeureusement, la 300 SL coupé va être réalisée, dès 1956, par Quiralu en France et Marklin en Allemagne, puis un peu plus tard, vers 1960, ce sera Tekno et Corgi Toys, qui cette fois choisiront de reproduire le roadster.

La Mercedes Quiralu, que nous avons choisi, est l’occasion de faire un focus sur cette marque très connue des collectionneurs de personnages, mais aussi de voitures miniatures.
Publicité Quiralu vers 1932Tout commence en 1932, lorsque la Fonderie Quirin et Compagnie, créée en 1899, se lance dans la fabrication de figurines en aluminium. Avec le succès, à la fin des années 1930, Emile Quirin leur donne pour nom Quiralu, contraction de Quirin et aluminium.
Les personnages produits par Quiralu s’intéressaient à plusieurs domaines : les soldats (époque contemporaine et napoléonienne), le sport (dont les célèbres cyclistes), la ferme (animaux et matériels agricoles), le cirque (animaux et les personnages).
L’entreprise Quiralu proposait également, sous la marque Boislux ou Chamare, des éléments de décor pour les personnages (piste de cirque, tribunes…)
Après guerre le catalogue s’élargit et jusqu’en 1955, il regroupe d’innombrables petits soldats, pompiers, indiens, cow-boys, animaux et toutes sortes de personnages liés à l’automobile, policiers, mécanos.

Personnages Quiralu vers 1950 - Les mécaniciens
Toutefois, au début des années 1950, la guerre de Corée entraine une pénurie de matières premières qui a pour conséquences de favoriser l’avènement du plastique pour les personnages.
Personnages Quiralu vers 1950 - Les gendarmesQuiralu va alors se diversifier et en 1955 décide de fabriquer des voitures miniatures. Réalisées en zamac et proche du 1/43ème, les Quiralu entrent en concurrence avec Dinky Toys, CIJ, Solido… Les modèles sont simples mais fidèles, d’abord unicolores puis bicolores, ils sont équipés de vitres à partir de 1957. Ils sont livrés en boîtes carton individuelles à fond jaune, puis rouge, avec illustration dessinée des modèles.
Hélas, l’aventure Quiralu sera de courte durée et en 1961, l’entreprise cesse sa production. Au total 14 modèles répartis en 28 références grâce au jeu des variantes auront vu le jour.
Mercedes-Benz 300 SL - Quiralu réf. 9 - avec boiteSi Quiralu ferme en 1962, il faut préciser que Eria reprend les moules pour une production vers 1963 et que dans les années 1990, des rééditions sous la marque Quiralu sont commercialisées. Enfin, depuis 1996, c’est Eligor qui détient les moules et produit à la demande des séries limitées.

Mercedes-Benz 300 SL - Quiralu réf. 9Revenons à la Mercedes 300 SL, c’est en 1956 que Quiralu l’ajoute au catalogue. Livrée en boite individuelle, elle sera produite en deux finitions, unicolore sous la référence n°8 et bicolore sous la référence n°9. Traitée à une échelle proche du 1/43ème et finement gravée, elle présente des lignes assez justes, toutefois les ouvertures sont un peu hautes, de ce fait, l’absence de vitres laisse trop voir l’intérieur non aménagé de la voiture. Les jantes en acier chromé sont équipées de pneus crantés blancs, le châssis métal est peint en gris foncé. Sur les modèles deux tons, le toit se détache du reste de la carrosserie, calandre et pare-chocs sont peints en argent.
C’est un modèle très plaisant, bien représentatif des petites voitures du milieu des années 1950. Il me parait avoir plus de charme que son concurrent Marklin.
Ce modèle n’est pas rare, il se négocie autour de 100€ neuf et en boite, 60€ sans boite. Ce modèle a été réédité, équipé de vitres, vers 1990.

Mercedes-Benz 300 SL - Quiralu réf. 9 Mercedes-Benz 300 SL - Quiralu réf. 9 Mercedes-Benz 300 SL - Quiralu réf. 9Mercedes-Benz 300 SL - Quiralu réf. 9 Mercedes-Benz 300 SL - Quiralu réf. 9 Mercedes-Benz 300 SL - Quiralu réf. 9

 

Ce contenu a été publié dans Une voiture, une miniature, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Une voiture, une miniature: Mercedes-Benz 300 SL / Quiralu

  1. Bertjap dit :

    Toujourd aussi bien documenté. Merci!

Laisser un commentaire