AMR – Les clés de la légende

AMRDans le monde de la voiture miniature au 1/43ème et du modélisme, AMR est entré dans la légende, pourquoi cette marque et pas les autres ? Voici quelques réponses.

André Marie RUF

André Marie Ruf

« Mon but est de créer des modèles que les collectionneurs soient impatients d’avoir et dont je sois fier. Tous les jours je travaille pour que les collectionneurs d’AMR possèdent une oeuvre d’art plutôt qu’un simple modèle réduit. »

La légende d’AMR c’est avant tout la légende d’un homme, un pionnier, un artiste : André Marie Ruf.
Un homme hors du commun, un caractère décrit par certains comme difficile, on retiendra affirmé. Un personnage qui a marqué l’histoire du modèle réduit et entrainé derrière lui toute une génération de modélistes et d’amateurs.
C’est aussi le parcours de quelqu’un qui mène sa vie comme il l’entend, parfois contre tous, il en subira des échecs, se relèvera et disparaitra… terrassé par la maladie à 58 ans, le 1er août 2004.
AMR bascule de la légende dans le mythe.

La révolution dans le 1/43ème artisanal

Exemple de transformation dans les années 1970 : Ciroën SM Solido transformée en version rallye Bandama 1973Venu de Grande Bretagne, au début des années 70, le modèle réduit artisanal est une réponse à l’attente des passionnés de sport automobile qui ne pouvaient compter, jusqu’alors, que sur les voitures miniatures des fabricants de jouets comme Solido, Dinky Toys, Corgi Toys… qu’ils tranformaient bien souvent avec les moyens du bord: Sintofer, peinture, pinceaux, décalques.
A cette époque, John Day, puis Auto Replicas et APS vont commercialiser les premiers modèles réduits en métal blanc et livrés en kit. Les kits déclenchent la passion chez les amateurs mais les résultats ne sont pas toujours à la hauteur des espérances, formes parfois approximatives, métal dur à travailler, maitrise de la peinture souvent moyenne, décalques de qualité moyenne…

AMR n°1 - Porsche 911 turbo Le Mans 1974Mais tout va changer, en 1975, André Marie Ruf crée AMR et produit son premier modèle, vendu tout monté : la Porsche Turbo RSR LM 1974. A.M. Ruf se démarque de la concurrence, notamment John Day, alors leader du kit métal, en produisant un modèle monté, particulièrement soigné, numéroté et limité à 1200 exemplaires. Suivront la Jaguar XJ12, la Ferrari 365BB puis de la Porsche 917 « cochon rose »… La révolution est en marche.

AMR n°1 - Porsche 911 turbo Le Mans 1974     AMR n°2 - Jaguar XJ12

AMR n°3 - Ferrari BB     AMR n°4 - Porsche 917/20 "Pink Pig" Le Mans 1971

L’innovation forge la légende

De 1975 à 1992, AMR donne ses lettres de noblesse au modèle réduit artisanal au 1/43ème en introduisant modèle après modèle une série d’innovations qui ont forgé la légende.
– premiers modèles vendus montés et numérotés, les « Factory built » en 1975
– utilisation d’un white metal de grande qualité qui ne nécessite que peu de préparation avant peinture, une révolution dans le kit
– le photogravure est introduite sur la Ferrari GTO en 1979
– création des roues à rayon (roues fil)
– fourniture dans les kits toujours plus détaillés, 97 pièces sur la Ferrari BB

Ferrari 512 BB - AMR

André Marie Ruf va, dès 1975, venir à son tour au kit et ainsi nous gratifier de modèles réduits devenus mythiques.
Citons en quelques uns :
En 77, il sculpte son premier monstre, la Corvette Greenwood Gr4 du Mans 1976.
En 79, il reproduit la Ferrari GTO qui toutes versions confondues sera produite à 20000 exemplaires ainsi que la Ferrari BB512 LM de 97 pièces.
En 80, AMR est sponsor de la Rondeau qui gagne les 24 heures du Mans.
En 82 c’est la sortie des GTO 4713, 330 LM et le montage pour le club Ferrari France de 40 modèles uniques pour les 20 ans de la GTO.
En 84, AMR relance les modèles montés.
En 86, c’est la série des Ferrari P4 réalisée pour Annecy Miniatures.
… puis en 1992, André-Marie Ruf quitte AMR, un échec avant de se relever…

La « patte » AMR

André-Marie Ruf - Photo Anthony RufC’est LA grande force du maitre, la patte de l’artiste. Les AMR ne sont pas les plus fidèles, les plus justes, mais se sont celles qui traduisent le mieux le caractère d’une automobile. En renforçant le galbe d’une aile, en exagérant une courbe, en appuyant un détail qui serait quasiment invisible divisé 43 fois, AM. Ruf a créé des voitures avec une « gueule ».
Ne disait-il pas « cette voiture, moi je la vois comme ça ». Il était très clair dans ses propos et n’hésitait pas à dire qu’il trichait parfois avec la réalité et interprétait les dimensions, car, pensait-il, faire systématiquement du 1/43ème peut conduire à réaliser un modèle ou toute agressivité ou réalisme est exclu.
Voici par exemple quatre voitures qui, à défaut d’être les plus fidèles, montrent la patte d’AMR.

Ferrari P4 - AMR Ferrari 250GT - AMR

Porsche 911 IMSA - AMR Ferrari Bellancauto - AMR

Liens internes

Liens externes

4 réponses à AMR – Les clés de la légende

  1. Doruch Hervé dit :

    N’oublions pas le disons triste anniversaire du décès de Monsieur RUF……..dix ans ce mois, ayons une pensée pour lui qui a tant fait pour notre passion ainsi que pour sa petite famille ! Cordiales salutations Hervé

  2. visart dit :

    J’ai une serie de voiture à vendre: AMR, FDS, John Day, Franco, Dinki, Solido
    Mais où et comment ? Vous avez des pistes ? Merci

    • filrouge-automobile dit :

      Bonjour,
      Pas toujours facile de vendre des voitures miniatures, surtout les kits montés. John Day ou FDS ont peu de valeur, AMR suivant l’état. Dinky et Solido sont recherchées, là aussi l’état fait le prix : neuf/boite, neuf, usagé…
      Les marchands de miniature achètent en lot, autre piste, eBay…
      Qu’avez-vous en AMR et Dinky ?

Laisser un commentaire