Vanwall VW5 - Dinky Toys réf. 239

Une voiture, une miniature : La Vanwall / Dinky Toys

27 avril 2020
Commentaires 2

Une voiture historique, célèbre ou simplement originale et sa reproduction en miniature… Ce mois-ci, alors que Stirling Moss vient de décéder, prolongeons notre hommage à cet immense pilote avec la Vanwall VW5, Championne du Monde de Formule 1 en 1958. Voiture anglaise, pilote anglais, c’est donc très logiquement que nous avons retenu une miniature anglaise, la reproduction au 1/43ème par Dinky Toys.

Vanwall, une marque dédiée à la Formule 1

Vanwall est une marque très éphémère mais qui aura pourtant marqué l’histoire du sport automobile. En effet, en cinq petites années d’existence, cette marque anglaise aura réussi à remporter le premier Championnat du Monde des constructeurs.
Tony Vandervell, industriel anglais, patron de l’entreprise d’éléments mécaniques Lucas CAV, est passionné de sport automobile. Il va s’engager au début des années 1950 avec BRM, puis préparer des Ferrari engagées en formule libre.

Tony Vandervell entouré de Tony Brooks (gauche) et Stirling Moss (droite) en 1957

En 1954, il décide de créer sa propre marque qu’il nomme Vanwall, dont le nom est la contraction de Vandervell et de Twinwall, qui désigne des coussinets fabriqués par Lucas.
Il va concevoir une Formule 1 qui s’appuie sur l’ancienne réglementation de F2, elle est équipée d’un moteur à 4 cylindres de 2000 cm3. Mais en 1954 et 1955, elle ne peut rien contre les puissantes italiennes.
Pour 1956, Vandervell fait appel à un jeune ingénieur, Colin Chapman, ainsi qu’à un aérodynamicien issu de l’aéronautique, Frank Costin. La nouvelle F1 va commencer à devenir compétitive avec le pilote américain Harry Schell et marque ses premiers points au Championnat.

Mais c’est en 1957 que la Vanwall va vraiment faire parler d’elle. La voiture est redessinée par Frank Costin et adopte la référence VW5. Elle se démarque de ce qu’on connait jusqu’à présent. L’aérodynamique est très élaborée permettant une vitesse de pointe équivalente à la concurrence avec un moteur moins puissant. Ce dernier est le 254 de 2,5 litres et 4 cylindres, il développe 270 ch, moins que les Ferrari et Maserati qui sont des 6 cylindres.
La tenue de route est très bonne avec un centre de gravité abaissé et la Vanwall bénéficie d’un système de freins à disques, bien plus performant et endurant que les freins à tambours de ses concurrentes

Les résultats obtenus en 1956 ont attiré pour 1957 de très bons pilotes, dont Stirling Moss jusque là dauphin de Juan Manuel Fangio. Tony Brooks et Stuart Lewis-Evans complètent l’écurie anglaise à la couleur verte.

La consécration ne va pas tarder avec une première victoire en Championnat, à domicile, lors du Grand Prix de Grande-Bretagne. Moss offre cette victoire qui sera complétée à Pescara et à Monza. Stirling Moss termine vice-champion du Monde derrière Fangio qui pilote une Maserati.

Consécration et frustration

1958 est une année particulière puisqu’en complément du Championnat du Monde des pilotes, sera attribué pour la première fois le titre de Champion du Monde des constructeurs.
Fangio n’est plus là, la place est libre pour Moss, vice Champion les trois dernières années derrière l’Argentin. La Vanwall VW5 a montré tout son potentiel, elle est reconduite pour la saison 1958 avec les mêmes trois pilotes qu’en 1957.

Les trois Vanwall au départ de Grand Prix 1958

Pourtant Vanwall ne participe pas au premier Grand Prix qui se court le 19 janvier en Argentine, protestant contre la nouvelle réglementation sur les carburants. Stirling Moss, laissé libre par Vanwall d’y participer, s’impose sur une Cooper-Climax, signant ainsi la première victoire en Championnat d’une F1 à moteur arrière.
De retour à Monaco, c’est à nouveau une Cooper qui s’impose (Maurice Trintignant) profitant de sa légèreté. La première victoire de la saison arrive aux Pays Bas, la Vanwall est conduite par Stirling Moss.
La saison 58 va se résumer à une lutte entre la Vanwall VW5 et la Ferrari Dino 246, de laquelle sortira vainqueur la marque anglaise. Avec 6 victoires contre 2 à Ferrari, le premier Championnat constructeurs de l’histoire revient à Vanwall, une domination qui aurait pu être totale avec le titre pilote mais les évènements en ont décidé autrement.

Départ du Grand Prix du Maroc 1958

Trois éléments vont priver Moss du titre.
Tout d’abord, une fragilité de la Vanwall et des abandons sur problèmes mécaniques répartissant les victoires au sein de l’équipe : 3 pour Stirling Moss et 3 pour Tony Brooks.
Ensuite, les circonstances dramatiques subies par Ferrari. Luigi Musso se tue au Grand Prix de France et Peter Collins trouve la mort au Grand Prix d’Allemagne, les deux leaders de la Scuderia disparaissent à un mois d’intervalle. Ferrari va donc désigner Mike Hawthorn comme leader unique, il va ainsi cumuler le maximum de points au championnat.
Enfin, le fair-play de Stirling Moss (voir encadré ci-dessous) aura des conséquences inattendues au moment du décompte de fin de saison, Moss perd le titre pour un petit point. Mike Hawthorn est sacré Champion du Monde, Moss termine 2ème et Brooks 3ème.
Vanwall vient de rentrer dans l’histoire mais la fin de saison est assombrie par le décès, à l’issue du dernier Grand Prix couru au Maroc, du troisième pilote de l’écurie, Stuart Lewis-Evans.

La magnifique aventure Vanwall va s’achever sur un coup de théâtre. En fin d’année, Tony Vandervell, malade et effondré par le décès d’un de ces pilotes, annonce qu’il se retire du sport automobile. On assistera à quelques apparitions d’une Vanwall en 1959 et 1960, avant l’arrêt définitif de cette marque.
Vanwall, au delà de ses avancées technologiques, marque la fin d’une époque, celle des formules 1 à moteur avant. En 1959, c’est une Cooper à moteur arrière qui l’emportera.

Grand Prix du Portugal 1958 – Stirling Moss chevaleresque
Acte 1 : Moss passe la ligne d’arrivée en vainqueur, dans les roues d’Hawthorn qui doit encore effectuer un tour. Mais peu avant de boucler ce dernier tour, Hawthorn cale son moteur. Les commissaires de piste s’apprêtent à pousser la Ferrari mais ils en sont empêchés par Moss qui assiste à la scène, alors qu’il est en train d’effectuer son tour d’honneur. Il sauve Hawthorn de la disqualification.
Acte 2 : Hawthorn parvient à redémarrer, mais à contre sens pour profiter de la pente du terrain, puis il reprend la piste. Les commissaires de course veulent le disqualifier mais Moss prendra fait et cause pour lui, arguant que la manœuvre n’était pas dangereuse parce qu’effectuée sur le trottoir. Après plusieurs heures de délibération, les officiels confirment la 2ème place de Hawthorn qui marque 7 points au Championnat.

Vanwall VW5

Dinky Toys, Vanwall et Stirling Moss, le trio anglais

Une marque anglaise au sommet du sport automobile et le meilleur pilote anglais à son volant, Dinky Toys ne pouvait pas laisser passer l’occasion.
Dinky Toys a suivi dès l’origine le Championnat du Monde de Formule 1 en offrant au 1/43ème les principaux acteurs. Six des modèles les plus célèbres ayant couru de 1950 à 1954 vont trouver place au sein de la série 23 (voir l’article dédié à la série 23).
A partir de 1956, Dinky Toys a besoin de moderniser sa gamme de Formule 1 produite en 1954. C’est ainsi que vont être commercialisées, la Connaught et, en 1957, la Mercedes-Benz W196. Ces deux monoplaces sont carénées et ont des allures de voitures de sport, mais en 1958 la Vanwall est ajoutée au catalogue, une « vraie » F1.

Très réussie, la miniature reproduit la version VW5 qui a couru en 1957 et sera Championne du Monde en 1958. Moulée d’une seule pièce, en zamak, la Vanwall reçoit deux équipements en zamak, un pilote et un volant. Les roues seront tout d’abord peintes, puis en aluminium et enfin en plastique.
Peinte en vert foncé, elle reçoit deux numéros à l’arrière et un à l’avant, ces numéros peuvent être 25, 26 ou 35. L’échappement est souligné en argenté et deux décalques Vanwall prennent place sur les flancs. Quant à son échelle, proche du 1/43ème, elle s’harmonise assez bien avec les F1 de la série 23.

La « Vanwall Racing Car » reçoit la référence 239 puis en fin de carrière la référence 210 (avec roues plastique). Elle est livrée en boite individuelle jaune illustrée sur laquelle est expliqué le parcours sportif de la voiture.
On y apprend qu’elle a triomphé dans la saison 1957, notamment au Grand Prix de Grande-Bretagne, pilotée par Stirling Moss, puis à Pescara et Monza, toujours aux mains de Moss.

Avec la Vanwall, Dinky Toys va largement communiquer dans le Meccano Magazine, en mai 1958 pour sa sortie et en mai 1959 sur le Championnat du Monde 1958. Un partenariat sera développé avec Stirling Moss, le Champion participe à la promotion du Club Dinky Toys avec la parution d’un « permis de collectionner » dont il possède le n°1. Cet évènement sera relaté dans le Meccano Magazine d’avril et mai 1959.

Meccano Magazine mai 1959 - Stirling Moss et le Club

La Vanwall Dinky Toys est un modèle assez difficile à trouver en France à l’état neuf. Elle se négocie entre 110 – 140€ neuve en boite et 70 – 90€ neuve sans boite.
D’autres marques ont reproduit la Vanwall à son époque, citons les belles Corgi Toys et Solido, toutes deux équipées de vitrages et de suspensions, puis Politoys et Crescent Toys. Une très belle quête pour le collectionneur.

Pour conclure, revenons sur Stirling Moss, un certain nombre de voitures conduites par le Champion anglais a été reproduit par Dinky Toys, en voici quelques une.

Dinky Toys : Jaguar type D rèf.238, Mercedes W196 rèf. 237, Aston Martin DB3S rèf.110, Vanwall VW5 rèf. 239
DINKY TOYS : Jaguar type D, Mercedes W196, Aston Martin DB3S et Vanwall VW5 pilotées par Stirling Moss
  1. Encore bravo pour , une nouvelle fois, un article parfaitement réalisé.
    La vanwall est l’une de mes voitures de course préférée, à tel point que je possède les Dinky Toys et les Solido .Bien à vous.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.