Dinky Toys réf. 35 a - Simca 5 - trois coloris

Une voiture, une miniature : Simca 5 / Dinky Toys 35 a

11 mai 2021
Commentaires 5

Une voiture historique, célèbre ou simplement originale et sa reproduction en miniature… Ce mois-ci, la Simca 5 et sa reproduction au 1/43ème par Dinky Toys. Née Fiat en 1935, cette petite voiture est la première Simca de l’histoire, celle qui a devancé la Coccinelle dans la volonté des dictateurs de l’époque de créer une voiture populaire. Avec la Simca 5, Dinky Toys va reproduire sa première miniature d’un modèle existant.

La Simca 5 est une Fiat 500 Topolino

Voilà une petite voiture française pas vraiment française puisque la Simca 5 est simplement la Fiat 500 Topolino A. Si beaucoup d’amateurs se souviennent de cet aspect, on sait moins que l’on doit sa naissance au populisme exercé par Mussolini, le dictateur italien au pouvoir.
Nous sommes en 1930 et Mussolini demande au sénateur Giovanni Agnelli, fondateur de Fiat, de motoriser les Italiens avec une petite voiture économique dont le prix ne dépasserait pas 5 000 lires. Cette idée sera reprise par Hitler qui fera en 1934 une demande similaire à Ferdinand Porsche.

Embarrassé par cette demande, Agnelli va faire travailler ses ingénieurs et un premier prototype est mis à l’essai à l’été 1931. Mais les résultats de la Fiat 500, conçue avec traction ne sont pas concluants, le modèle d’essai est victime d’une fuite de carburant et prend feu. Présent lors de l’essai, Agnelli restera toujours opposé au principe de la traction aux roues avant.
L’étude reprend avec un nouvel ingénieur, Dante Giacosa, qui retient donc le concept d’une propulsion, avec le moteur placé en avant de l’essieu, afin de dégager un maximum d’espace pour l’habitacle. Les études vont aboutir en 1934 et les essais du nouveau prototype, nommé Zéro A, vont commencer à partir du 17 octobre 1934.

Les évènements politiques retarderont la présentation de la nouvelle Fiat et il faudra attendre le 15 juin 1936 pour la présentation au salon de Turin et la commercialisation de la nouvelle Fiat 500-A. Le succès de la petite voiture sera immédiat et son nom évoluera très vite en Fiat 500 Topolino, en référence au surnom Topolino (petite souris) que les Italiens lui attribuèrent.
La Topolino ne mesure que 3,21 m de long et pèse 535 kg, elle ne peut transporter que deux personnes et 50 kg de bagages. Son moteur de 567 cm3 et 13 ch lui permet d’atteindre 85 km/h, pour une consommation de 6 l/100 km. Elle équipée d’une boite de vitesse à 4 rapports, de roues avant indépendantes et de freins hydrauliques à tambour. Elle sera mise en vente à 8 900 Lires.

La Fiat 500 Topolino va connaitre une carrière européenne et notamment française. En effet, les taxes à l’exportation étant très importantes, Fiat a créé la marque Simca pour produire en France des véhicules sous licence, vendus de 1935 à 1938 sous la marque Fiat – Simca, puis ensuite sous la seule marque Simca. C’est ainsi que les plans et des exemplaires de pré-série de la 500 Topolino sont envoyés en France pour la mise au point de celle qui se nommera Simca 5. Cette dernière est identique et elle sera mise en fabrication dans l’usine de Nanterre, sa présentation aura lieu de 10 mars 1936, trois mois avant la Fiat. Elle sera vendue en France au prix de 9 900 francs et connaitra trois versions de carrosserie (fermée, découvrable et fourgonnette).
Sur le plan commercial, la Simca 5 / Fiat 500 Topolino fut une belle opération. Des opérations publicitaires furent menées par M. Pigozzi, le patron de Simca, sur le thème de « l’appétit d’oiseau » de cette petite voiture, avec le symbole de l’hirondelle.
Elle sera produite à 46 472 exemplaires jusqu’en 1948 avec une interruption importante due à la guerre, avant de connaitre un restyling de sa carrosserie.

Simca 5 découvrable

La Simca 5, première représentation d’un modèle réel par Dinky Toys

La Simca 5 est un modèle très important dans l’histoire de Dinky Toys France. En effet, alors que depuis la création de la marque, en 1934, tous les modèles sont simplement inspirés des véhicules existants, s’attachant seulement à représenter un type de carrosserie (berline, coupé, roadster…), début 1939, vont apparaitre les premières reproductions d’un véhicule réel avec la marque affichée d’un constructeur. Trois modèles vont ainsi être présentés : la Simca 5 accompagnée de la Peugeot 402, puis l’autobus parisien Renault TN4H.

Ces premiers modèles sont d’une grande simplicité mais la Simca 5 reste la plus surprenante. De très petite taille, la miniature consiste en une carrosserie monobloc, sans châssis, posée sur quatre petites roues entièrement en caoutchouc. Ce choix de la simplicité extrême respecte sans doute la philosophie de la vraie voiture, petite, économique et amusante. Le modèle ne mesure que 6 cm et est donc traité au 1/53ème (comme la Peugeot 402), ce qui traduit bien la compacité de la Simca 5 qui ne fait en réalité que 3,21 m.

Les lignes de la voiture sont fidèles à l’originale, même si les phares sont moulés dans la carrosserie. Le moulage très fin renforce les détails de la carrosserie, notamment la calandre. La finesse de la peinture laisse parfaitement voir la gravure mais en contrepartie elle est très fragile. La carrosserie sera peinte dans de nombreux coloris, une douzaine, alors que la calandre, le petit pare-chocs en deux parties et les phares seront traités en peinture argentée.

Les roues sont spécifiques à la Simca 5 et d’un diamètre de 11 mm. Elles sont à l’origine réalisées d’une seule pièce en caoutchouc noir, mais en Angleterre elles seront en caoutchouc blanc. De 1940 à 1949, à cause de la pénurie de caoutchouc, les roues seront totalement en zamak, puis les roues caoutchouc noir reviendront jusqu’à la fin de production en 1951.
En l’absence de plaque de châssis, les mentions informatives sont gravées en relief sous la carrosserie. On y lit : « Dinky Toys », « Meccano », « Fab. en France », « Simca 5 ».

La Simca 5 était vendue à l’unité mais fournie chez les distributeurs dans des boîtes de six pièces, en carton jaune puis gris. Elle porte la référence 35 a, étant ainsi le seul modèle de la série 35 en France. Cette référence est à rapprocher de la série 35 anglaise regroupant quatre mini-voitures produites avant-guerre. Elles sont conçues comme la Simca 5, un moule d’une seule pièce et des roues caoutchouc. La Simca sera d’ailleurs importée en Angleterre sous la référence 35 az, mais connue outre-Manche sous la marque Fiat, elle adoptera le nom Fiat Two-seater Saloon (Fiat berline deux places). Elle conservera la gravure Simca mais recevra des roues caoutchouc blanc et ne sera commercialisée qu’une année entre 1939 et 1940.

La Simca 5 fait partie des modèles mythiques de Dinky Toys et parmi les plus rares. Dès 1960, sa rareté était soulignée par Dinky Toys à travers un encart sur le catalogue de cette année là. On y précise : « La Simca 5 Dinky Toys sortie en 1939 et retirée de fabrication en 1950 vaut actuellement plus de 50 NF… quand on peut la trouver ».
Meccano dévoile ainsi une première « cote officielle » de l’histoire de Dinky Toys, notons qu’en 1960, une Vespa 2 CV se vendait en magasin 2,75 NF.

Extrait du catalogue Dinky Toys France 1960


Si sa rareté était soulignée en 1960, aujourd’hui il est exceptionnel de la trouver, même en mauvais état. Il est donc normal que la Simca 5 Dinky Toys soutienne une cote élevée, même avec une peinture écaillée.
Ainsi, un modèle en très bon état se négocie autour de 500€, alors qu’en état d’usage mais complet, il faut compter 200€.
Signalons pour conclure que les Éditions Atlas ont reproduit la Simca 5 Dinky Toys. Le modèle est fidèle mais la peinture est épaisse et trop brillante. La cote pour ce modèle est de l’ordre de 20€. Enfin, un coffret regroupant six Simca 5 de couleurs différentes a été produit en 2014, il s’échange autour de 100€.

  1. Merci pour ce bel article, mais moi aussi je n’ai jamais été très excité par les petits modèles à cette échelle! Toute fois les revoir est fort intéressant car je n’y prêtais vraiment pas attention à l’époque.

    Toujours prêt à vous lire . Mario Salette

  2. Très belle étude avec des photos de qualité comme d’habitude. Voici un petit modèle qui ne m’a jamais attiré mais mérite amplement sa place dans toute collection. Merci beaucoup.
    Marc

  3. Bravo pour ce point vraiment très précis et tout aussi plaisant.
    Sur le brillant effectivement un peu trop fort des Atlas, un bémol en forme d’espoir.
    Alors étudiant sans le sou, j’ai repeint en 1985 la cv 24 T (rouge, trois feux) et la Traction (grise, malle) dans des coloris aussi proches que possible de la teinte d’origine.
    35 ans plus tard, dont surtout une dizaine au grenier, avec d’importantes variations de température, le brillant s’est considérablement atténué.
    Je précise, pour épouvanter définitivement les puristes, que j’avais « travaillé » à la bombe, sans dériveter, avec des caches minutieusement découpés et avec un soin d’horloger.
    Elles occupent une place de choix dans mon affectif et dans la vitrine, au sein d’un mélange assumé de Dinky France, Espagne et Chine, sans que cela ne choque visuellement.
    Bref ça a vieilli comme du bon vin à la cave, sans que la confusion ne soit possible.
    Je conserve par ailleurs le souvenir de séries 500 et 1400 du début des 70′, à la peinture très brillante, certaines achetées neuves et conservées : elles aussi ont pris de la patine. Certains vitrages ont pour leur part jauni.
    Rendez-vous dans 10 ans pour le déballage des doubles Atlas achetés trois fois rien et sortis, non pas de grange, mais de grenier mal isolé.
    Patine et émotion garanties !

  4. Ce Dink Toys a du avoir un assez grand succès car il y a eu deux moulages bien distincts en particulier de la calandre et des supports d’essieux. Cela fait donc deux modèles à collectionner plus toutes les variantes de couleurs, il y en a eu une douzaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.